Blog

Rechercher dans le blog

Market Data

Les dépenses de m-commerce atteindront 6000 milliards de $ en 2021

App Annie

Le commerce mobile générera des milliers de milliards de dollars à mesure du développement du mobile-first

Si l’on regarde l’app économie en termes de monétisation dans son ensemble, le m-commerce est le principal moteur de croissance. Les smartphones et les apps ont bouleversé le quotidien des consommateurs, s’immisçant dans les achats de biens et de services, la gestion bancaire, l’achat de billets et même l’organisation de voyages. Il y a quelques années à peine, personne n’imaginait qu’il serait un jour possible d’acheter un canapé ou de déposer un chèque chez soi, sur son smartphone. Aujourd’hui, il est devenu courant d’utiliser une app telle que Wayfair pour s’acheter un meuble ou Wells Fargo pour télécharger la photo d’un chèque.

Chez App Annie, nous suivons de près la croissance du commerce mobile. Nous avons récemment publié nos prévisions pour l’app économie, qui détaillent nos projections à horizon 2021 et couvrent le m-commerce. Retrouvez les points clés de cette étude ci-dessous :

Le commerce dépasse les autres formes de monétisation de l’app économie

De toutes les formes de monétisation sur mobile - la publicité, les abonnements, les ventes dans app stores et les achats intégrés - le commerce affiche la croissance la plus importante avec un taux annuel moyen de croissance de 38% dans le monde. Le m-commerce devrait presque tripler d’ici 2021 pour atteindre 946$ par utilisateur. Les consommateurs s’habituent de plus en plus à acheter des biens et des services sur mobile, et les équipes marketing ont tout intérêt à (par l’ASO, l’acquisition utilisateurs, etc.) et s’assurer que le processus de paiement mobile soit le plus fluide possible.

 

 

Les dépenses en commerce mobile varient par région

Comme les données le démontrent souvent, l’APAC est la région la plus dynamique — en ce qui concerne le chiffre d’affaires du m-commerce, elle surpasse toutes les autres et atteindra 3200 milliards de dollars en 2021. Une croissance qui n’a rien de surprenant, d’abord parce qu’elle est stimulée par l’immense démographie chinoise, mais aussi parce que l’adoption mobile s’est développée plus rapidement dans cette région. Dans la majeure partie de l’APAC, lorsqu’un utilisateur s’achète son premier smartphone, il accède à un marché mobile déjà mature — il peut télécharger de nombreuses apps et effectuer des achats — et dans un marché où le PC est moins développé, l’attention des consommateurs est focalisée sur le mobile. Une tendance qui tranche avec les États-Unis, où le commerce sur smartphone était initialement imité, pour ne pas dire inexistant, et où la plupart des utilisateurs font également leurs achats sur PC : le chiffre d’affaires est donc réparti sur les deux plateformes.

Mais rien de tout ça n’empêche le m-commerce d’enregistrer une croissance spectaculaire dans les régions autres que l’APAC. Aux Amériques, où les utilisateurs migrent de plus en plus vers le mobile et se tournent progressivement vers leur téléphone pour leurs achats, les dépenses en m-commerce devraient afficher une croissance de 44% pour atteindre 1700 milliards de dollars en 2021. Cette tendance s’observe aussi en EMEA, où les dépenses sur mobile vont être multipliées par cinq, passant de 210 milliards de dollars aujourd’hui à 1000 milliards en 2021.

Le taux de conversion va augmenter à mesure que le mobile s’impose dans le monde

Nous estimons que le taux de conversion sur mobile s’élève actuellement à 32% dans le monde, toutes tailles de panier confondues (c’est-à-dire que les utilisateurs vont jusqu’au bout du processus d’achat 32% du temps sur mobile, quel que soit le prix de l’article ou du service) ; ce pourcentage devrait passer à 40% en 2021. Dans l’APAC, le taux de conversion est également de 32%, ce qui est relativement élevé (là aussi, du fait de la prépondérance du mobile sur ce marché) et passera à 39% en 2021. Le taux de conversion mobile des Amériques s’élève à 31%, ce qui est légèrement inférieur à la moyenne mondiale, mais passera à 39% au cours des quatre prochaines années. Dans l’EMEA, le taux de conversion mobile affiche 35%, et atteindra 39% en 2021.

Comment expliquer la croissance plus lente du taux de conversion de l’EMEA par rapport aux autres régions ? Essentiellement par la diversité des économies de cette région. La forte croissance des conversions vers le m-commerce des marchés d’Europe occidentale (particulièrement chez les 25-34 ans des grands centres urbains) est pondérée par les économies moins dynamiques – et les taux de conversion relativement faibles – de certains marchés de la région, notamment en Afrique subsaharienne.

Le mobile est en train de changer le rapport des consommateurs aux biens et services, de la découverte d’un produit, au paiement, en passant par le mode d’accès ; nous vivons actuellement une période de bouleversement sans précédent, le mobile-first s’imposant progressivement dans chaque aspect de nos vies. L’adoption du m-commerce se fait plus ou moins rapidement en fonction des régions, mais la tendance générale est la même : les consommateurs se tournent de plus en plus vers leur smartphone pour acheter leurs biens et leurs services. Il s’agit désormais pour les distributeurs, les revendeurs, les marchands..  de répondre à cette demande en amont.

Lisez notre étude complète sur l’explosion de l’app économie, dans laquelle vous trouverez des informations sur la croissance des dépenses annuelles par utilisateur, des prévisions sur la publicité intégrée et le m-commerce ainsi que des données sur les marchés régionaux.

TÉLÉCHARGER

2017 M08 30

Market Data

Posts de blog associés